Donner Trump Carte Blanche Pour La Guerre

Rédigé par John Kiriakou via ConsortiumNews.com,

Avez-vous déjà entendu parler du Sénat Conjointe de la Résolution 59 (S. J. Rés. 59)? N’avaient I. Un de mes amis a vu un texte de présentation sur elle sur une obscure de la sécurité nationale de blog et l’a porté à mon attention. À première vue, il ne semble pas être un gros problème. C’est inélégante nommé le “Autorisation pour l’Utilisation de la Force Militaire (AUMF) de 2018.” Il a été lancé le 16 avril 2018 par les Sénateurs Bob super but (R-TN), le président du Comité Sénatorial des Relations Étrangères (SFRC), et Tim Kaine (D-VA). Officiellement, le projet de loi “autorisant l’utilisation de la force militaire contre les Talibans, al-Qaïda, l’État Islamique en Irak et en Syrie, et désigné associés forces, et de fournir une mise à jour, transparente et durable de fondement légal pour les opérations de contre-terrorisme.”

Il est difficile de s’opposer à un projet de loi visant à “maintenir la sécurité des Américains,” en tant que super but dit dans le SFRC audience. Mais ce projet de loi est si mauvais, un tel affront à notre liberté, une telle attaque sur nos libertés civiles, que l’on devrait être contraint de s’y opposer.

S. J. Rés. 59 est mauvais pour un certain nombre de raisons.

Premier et plus important encore, il serait de fournir une couverture d’autorisation pour le président à lancer une attaque militaire de pratiquement n’importe quelle taille et de l’intensité à chaque fois qu’il veut sans l’approbation du congrès.

Qui semble manifestement inconstitutionnelle pour moi, même si je ne suis pas un spécialiste de la constitution. Encore, la constitution dit dans l’Article I, Section 8 que seul le Congrès a le pouvoir de déclarer la guerre, entre autres choses militaires. Il ne permet pas au président la possibilité de lancer une guerre.

Le congrès, seul, a le pouvoir de déclarer la guerre. L’Article 1, Section 8.

Deuxièmement, selon Marjorie Cohn, professeur émérite à l’Thomas Jefferson de l’École de Droit et ancien président de la National Lawyers Guild, il faudrait aussi écrire au président un “chèque en blanc pour le verrouiller en place Américains qui ont dissidence contre des militaires AMÉRICAINS de la politique.” C’est le droit. Si vous vous opposez à des militaires AMÉRICAINS de la politique de, le président aurait le droit de vous enfermer indéfiniment sans inculpation.

Certes, notre gouvernement a déjà fait. Mais nous nous sommes dit que ce qui se passe pour le pire des pires des terroristes qui se trouvent être Américain, mais qui ont aussi prévu à grande échelle des attaques terroristes contre le pays ou de ses citoyens qui ont pris les armes contre les Etats-unis. Penser “sale terroriste” Jose Padilla ou l’a-encore-sans nom Saoudite-Américain qui se tient actuellement quelque part et d’être représentée par l’American Civil Liberties Union.

Ce qui est différent. Cela signifierait que tout le monde serait à risque. Cela signifie que vous pourriez être tenu dans un goulag, au secret, si la Maison Blanche n’aime pas votre politique.

La raison de ce qui pourrait se passer, c’est que, troisièmement, le projet de loi est (probablement inconstitutionnelle) de large. Il est dit que le président peut, à la “utiliser tout le nécessaire et approprié de la force” contre l’Irak, l’Afghanistan, la Syrie, le Yémen, la Libye, la Somalie, al-Qaïda, ISIS, des Talibans et de leurs “associés forces” n’importe où dans le monde entier et sans limitation. Mais il ne définit pas ce qu’associées “forces” s’entend, ni ne définit une “co-belligérant”, quelqu’un qui agissent à l’appui de l’un de ces pays ou des groupes. Il permet à la Maison Blanche pour le faire pour nous.

Quatrièmement, contrairement à presque chaque autre projet de loi au Congrès, celui-ci ne dispose pas d’une clause en ce sens qu’elle n’expire jamais. Congrès, afin de demeurer pertinent et, presque toujours, comprend une clause de sorte que, si une loi est au travail, il peut être renouvelé. Si elle ne l’est pas, il peut expirer. Et si c’est imparfait, il peut être fixé. Ce serait juste aller pour toujours.

Plusieurs semaines après le projet de loi a été présenté, le Centre pour les Droits Constitutionnels (CCR) a écrit une lettre à super but et à SFRC membre de rang le Sénateur Bob Menendez (D-NJ), un autre S. J. Rés. 59 partisan. CCR a dit qu’il avait “sérieux doutes” quant à la pertinence et à la constitutionnalité du projet de loi, et que le projet de loi “la main sur un large pouvoir d’étendre la guerre que doit résider le Congrès à la direction.” La CCR a poursuivi que le passage du projet de loi “compléter l’érosion des congrès de guerre de décisions de l’autorité de mise en mouvement par l’2001 AUMF” adoptée en réponse au 11 septembre, les attentats terroristes de 2001.

Les représentants de Walter Jones (R-NC), l’ancien président de la House Armed Services Committee, et Barbara Lee (D-CA) a publié une lettre à l’SFRC en disant que “Le super but-Kaine proposition de limiter davantage de contrôle du congrès de nos guerres perpétuelles. Le remplacement d’un chèque en blanc, avec une encore plus large est une recette pour un désastre.” Tout en reconnaissant qu’un certain type d’autorisation militaire est probablement nécessaire, Jones et Lee a ajouté que tout nouveau projet de loi doit inclure une clause de temporisation; il doit abroger le AUMFs de 2001 et de 2002, qui avait aussi pas de clauses d’extinction; il doit être spécifique à la mission; et il doit être transparent.

Ce terrible projet de loi est bloqué dans la boue du congrès processus. À mesure que les mois passent, il y a une plus grande et une plus grande probabilité qu’il va tout simplement mourir. Mais cela ne résout pas le problème. Le problème est que le Congrès est généralement composée de lemmings et de pom-pom girls pour les militaires, industrielles et de l’intelligence complexe. Ils font ce qu’ils ont dit, si c’est par leur leadership ou qui arrive à être assis à la Maison Blanche. C’est mauvais pour le pays. C’est mauvais pour la constitution. Et c’est mauvais pour les générations futures.

Il ya un vieux dicton dans l’état de Washington. “Ne pas frapper un homme quand il est bas. Mais si il est déjà en bas, ne vous arrêtez pas à lui donner des coups.” Maintenant il est temps de coup de pied de ce projet de loi jusqu’à ce qu’il est mort.

Le post en Donnant Trump Carte Blanche Pour la Guerre est apparu en premier sur le pétrole brut.de nouvelles.